La vie est belle !







Notez

Santé - Cancer : le danger des médecines alternatives

19/08/2017 - écrit par La vie est belle ! 7J/7 - Lu 41 fois



Peu de médecins s'opposent aux approches telles que la sophrologie, la méditation ou le qi gong lorsqu'elles viennent en complément des traitements éprouvés du cancer. Mais quand ces techniques prétendent remplacer la médecine conventionnelle, le ton se durcit. «De l'homéopathie capable de guérir le cancer, cela n'existe pas!» rappelait le Pr Simon Schraub, il y a cinq ans dans le bulletin de l'ordre des médecins. Certains malades ne se contentent pas d'avis d'experts et en demandent davantage.

C'est tout l'intérêt de l'étude que viennent de publier des chercheurs de l'université de Yale dans le Journal of the National Cancer Institute. Ils ont donc observé grâce à une base de données nationale américaine le devenir de malades atteints de cancers fréquents (sein, poumon, prostate ou colorectal) et ayant opté pour un traitement alternatif à celui proposé par les médecins. Dans trois cancers sur quatre (prostate exceptée) la mortalité a plus que doublé. «Nous avons fait cette étude parce que nous voyons des patients avec des cancers à des stades avancés après qu'ils ont essayé des médecines alternatives au moment où leur cancer était à un stade plus curable», explique au Figaro le Pr Skyler Johnson.

«Une jeune femme à qui on venait de détecter un cancer du sein de petite taille m'a demandé ce que je pensais du jeûne, explique sans ambages ce chirurgien d'un centre de lutte contre le cancer. Je lui ai répondu que je pensais la revoir dans six à douze mois avec 15 kg de moins, des métastases ganglionnaires, voire à distance (du cancer, NDLR), et une tumeur ayant doublé ou triplé de volume. Je ne lui ai pas dit ça pour lui faire peur mais parce que c'est arrivé à une autre patiente jeune.»

Dans les études sur ceux qui se risquent aux médecines alternatives, les patients sont plutôt des femmes, jeunes, d'un bon niveau d'éducation et de revenus. «Nous voyons aussi des patients qui refusent de commencer un traitement alors qu'ils sont aux stades initiaux de leur cancer», explique le Pr Johnson. Dans le cancer du sein, c'est le cas de 0,7 à 1,2%, selon les études.

«Je pense que nous avons tous quelques patientes en tête qui ont refusé catégoriquement nos traitements conventionnels et notamment la chimiothérapie au moment de l'annonce du parcours de soins! En affirmant “c'est un poison!”, “c'est la chimio qui va me tuer ”», regrette cette chirurgienne oncologue, spécialisée dans le sein. «Je trouve vraiment dangereux parfois le discours des médecins -ou de pseudo-thérapeutes- qui dispensent des conseils faisant croire aux patientes qu'il existe une alternative aux traitements conventionnels», ajoute-t-elle.

Surdiagnostics

Sein, poumon, côlon ou rectum, prostate. Les chercheurs de Yale ont volontairement choisi des cancers non métastasés, c'est pourquoi ils ont par exemple exclu ceux du pancréas ou des ovaires, souvent diagnostiqués tardivement avec des métastases. Pour l'épidémiologiste Catherine Hill (Gustave-Roussy), «cette étude très bien faite et très astucieuse confirme que si vous avez un cancer non métastasé, il vaut mieux aller se faire soigner chez des professionnels qui font des choses validées que d'aller faire n'importe quoi chez n'importe qui!».

En effet, le risque de mourir en optant pour une médecine alternative apparaît quintuplé pour le cancer du sein, quadruplé pour le cancer colorectal, doublé pour le cancer du poumon. Dans cette étude, «l'effet est plus grand pour les cancers du sein et colorectaux parce que les patients ont des formes agressives de cancers pour lesquelles le traitement conventionnel est très efficace», explique le Pr Johnson.

«L'effet n'est pas significatif pour le cancer de la prostate pour un certain nombre de raisons, ajoute-t-il. C'est un cancer qui progresse très lentement et sur de nombreuses années, et notre étude n'a qu'un recul médian de six ans.» Pour Catherine Hill, «c'est surtout parce qu'il y a beaucoup de surdiagnostics (cancers qui n'auraient pas eu de conséquences sur la santé du patient, NDLR) que le surrisque est nul pour la prostate!». Le Pr Johnson pointe aussi le nombre important de formes peu agressives de cancers de la prostate dans l'étude. «Mon impression est qu'avec un suivi plus long il y a des chances qu'une différence de survie apparaisse.»

 Il y a des patientes qui acceptent le traitement sous condition de pouvoir bénéficier en complément de médecines alternatives, note un chirurgien oncologue. Là, c'est différent, car le fait de pouvoir continuer à en bénéficier les aide à accepter des traitements type chimiothérapie ou radiothérapie.» Sur son site, le Pr David Gorski, qui étudie les médecines alternatives depuis plus de quinze ans, rappelle que par définition ce sont des pratiques qui «soit n'ont pas encore prouvé leur efficacité, soit ont prouvé qu'elles ne marchaient pas». Deux bonnes raisons de rester prudent.

Complémentaire, jamais alternatif

Il ne faut pas confondre médecines alternatives et médecines complémentaires. Les premières ont la prétention de remplacer purement et simplement le traitement conventionnel, les secondes,  plus modestes, sont juste utilisées  en accompagnement de celui-ci.  Quand aux termes trompeurs de médecines «parallèles», «douces» ou «traditionnelles», l'Académie  de médecine proposait de les oublier, dans un rapport publié en 2013. «Pour nous, il n'y a qu'une seule médecine.

La médecine scientifique»,  expliquait alors le Pr Daniel Bontoux.  À l'époque, l'Académie s'était penchée  sur l'acupuncture, l'hypnose, l'ostéopathie et le tai-chi, mais il existe des dizaines de ces approches non conventionnelles. «Sur un annuaire francophone, j'ai dénombré 173 thérapies de Access consciousness  à Zensight», s'étonne encore l'épidémiologiste Catherine Hill.

lefigaro.fr


19/08/2017 - écrit par La vie est belle ! 7J/7 - Lu 41 fois


Témoignage (Dieu) | Parole de Dieu | Louange | Vie Chrétienne | Etude | Mariage (Dieu) | Education | Débat / Réflexion | Bible | Infos Plus | Bon à Savoir | Couple (Dieu) | Un miracle chaque jour | Santé | La Foi | Nutrition | Alerte Prévention | Femmes Leaders | Amour & Couple | Bien être | Buzz du net | Reussite | Trucs & Astuces | Hommes Leaders | Témoignage (Monde) | Mariage (Monde) | Mobile | High Tech | Confidence | Voyages | News People | Beauté | Sans Tabou | Articles Sponsorisés | Bébé - Enfant | Insolite | Histoire Vécue | Grossesse | Redaction





Actualité

Miss Martinique obligée d’abandonner son afro pour Miss France ? Le comité nie en bloc !

La vie est belle ! 7J/7 - 25/11/2017 - 0 Commentaire| Lu 11 fois |

France : La présence de plomb dans l'eau du robinet continue d'inquiéter

La vie est belle ! 7J/7 - 24/11/2017 - 0 Commentaire| Lu 18 fois |

Cameroun/ Un traitement spécial pour Brenda et Junior Biya à Oral de l’ENAM

La vie est belle ! 7J/7 - 22/11/2017 - 0 Commentaire| Lu 30 fois |

Le créateur de Paypal construit une île où les riches seraient débarrassés des politiciens

La vie est belle ! 7J/7 - 20/11/2017 - 0 Commentaire| Lu 22 fois |

Un millier de manifestants à Paris pour dénoncer des cas d'esclavage en Libye

La vie est belle ! 7J/7 - 19/11/2017 - 0 Commentaire| Lu 25 fois |

Voici des astuces pour éteindre un feu de cuisine

La vie est belle ! 7J/7 - 18/11/2017 - 0 Commentaire| Lu 24 fois |

Voici les 30 candidates à la couronne de Miss France 2018 !

La vie est belle ! 7J/7 - 18/11/2017 - 0 Commentaire| Lu 19 fois |

France - Paris : En 2018, le Pass Navigo va augmenter de 3%

La vie est belle ! 7J/7 - 17/11/2017 - 0 Commentaire| Lu 30 fois |

Les internautes sont en moyenne inscrits sur plus de 7 réseaux sociaux

La vie est belle ! 7J/7 - 16/11/2017 - 0 Commentaire| Lu 29 fois |